Miam miam

Aujourd’hui, on mange avec les yeux! J’adore faire la cuisine, bien manger et  la photo! J’ai donc essayé de tout réunir en une seule activité : la photo culinaire.

Une fois que la recette est trouvée, il faut penser food styling, c’est à dire le dressage, la mise en scène du plat, qu’on évitera de simplement présenter comme sa gamelle de tous les jours.

En regardant les photos dans les livres de cuisines, magazines ou émissions TV, on se rend compte de l’importance de la vaisselle. Il vaut mieux, à mon goût, privilégier des céramiques ou porcelaines simples, claires ou blanches dans la plupart des cas. Pour les assiettes, des bords larges avec un creux bien marqué aident à dessiner une frontière autour de la nourriture qui lui donne plus de présence à l’image.

Cliquez sur les photos pour les voir en plus grand sur flickr 😉

Pork curry, rice, roasted eggplant and courgette

Ici, j'ai trouvé une assiette blanche très simple, à bas prix, mais qui circonscrit mieux le plat. J'ai donné un peu de hauteur à mes légumes rôtis en les organisant en petit fagot.

Pour la présentation en elle-même, je suis un réel débutant. Ce que je retiens de l’observation, c’est qu’on essayera de donner de la hauteur au contenu de l’assiette. Autre chose importante : les contrastes et les combinaisons de couleur.

Ling and roasted vegetables

Sur ce plat, j'ai créé du contraste avec le cerfeuil vert sur les carottes, mais les éléments maquent de hauteur et pourraient être plus rassemblés, ce qui donnerait plus de cohésion.

Quant aux photos en elles-mêmes, j’aime que mon plat soit éclairé par source de très grande taille, qui donne des ombres très douces et une lumière uniforme. De jour, j’utilise la lumière venant d’une fenêtre, et quand la luminosité baisse, j’utilise un flash diffusé sur un mur. Ce qui marche le mieux en terme de direction, c’est un éclairage latéral, ou carrément venant de derrière!

Raclette cheese hamburger

Pour ce hamburger, il faisait nuit, j'ai donc diffusé mon flash au plafond pour avoir une lumière suffisante, mais douce.

J’ai pour l’instant privilégié des vues globales, en plongée ou semi-plongée, avec une profondeur de champ assez grande. Je pense que pour certains types de plats, je pourrais tenter des vues rapprochées, cadrant du détail, avec une faible profondeur de champ.

Ramen soup

J'ai fait choisi de couper une partie du bol pour donner de la dynamique au cadrage. L'éclairage venant de derrière souligne les bords des baguettes et du bol.

Voilà donc quelques conseils de photo culinaire, issus de ma toute petite expérience personnelle sur le sujet. Une chose est sûre, c’est très amusant à faire à tout point de vue!

Et vous, vous avez déjà essayé? Vous avez envie de vous y mettre?

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Bud dit :

    J’ai faim maintenant, c’est malin…

  2. Steakhachai dit :

    Arf, les planches ikea en bois aggloméré en fond, ça le fait pas trop AMHA!

    Sinon, miam aussi comme Bud 🙂

  3. Critidos dit :

    « la nature morte alimentaire : le seul art qui nourrit à peu près son homme ;o)) » …

    Voilà ce qu’on m’a sorti une fois quand j’ai publié une photo culinaire.
    J’ai riz (oui, c’est voulu !) quand même.

    J’aime beaucoup tes photos (et le hamburger au salami me laisse sceptique).

    Une assiette noire (ou même de couleur) peut tout de même être un défi intéressant pour peu que la couleur soit unie. Il faut alors choisir ses aliments et préparer un plat qui ressortira bien sur l’assiette. L’avantage du blanc, c’est que ça met automatiquement en valeur les couleurs naturelles des aliments.

    La planche Ikea ne me choque pas, bien que je la trouve mieux adaptée à la 1ère et dernière photo 🙂

  1. 2010/09/29

    […] This post was mentioned on Twitter by Bonjour Toile, Olivier H and Olivier H, Olivier H. Olivier H said: Miam miam, la photo culinaire! « SaladTomatOnion http://bit.ly/aUdiCO […]

Répondre à Steakhachai Annuler la réponse.