Mesurer l’exposition avec son reflex numérique

Lors d’un précédent article, je vous parlais des liens qui régissent les trois réglages de l’exposition : la sensibilité, le temps de pose et l’ouverture. Ce que je n’ai pas détaillé, c’est de quelle façon exactement on détermine l’exposition correcte d’une scène. Je vais donc expliquer ce que j’ai compris du matériel de mesure intégré à nos appareils photo modernes (particulièrement les reflex).

La cellule de mesure d’un appareil photo est une cellule à lumière réfléchie, c’est à dire qu’elle connaît la quantité de lumière en provenance de l’objet qu’elle « regarde ». Cette mesure est calibrée autour du gris moyen (renvoyant à peu près 18% de la lumière reçue) : conséquence, si on fait une mesure « correcte » du point de vue de la cellule sur un carton blanc, il sera reproduit comme gris. J’en reparlerai plus en détail, dans un autre article.

Il existe en général trois modes de mesure.

La mesure matricielle

Appelée 3D Color Matrix II sur mon Nikon D700, cette option de mesure couvre une grande partie de l’image, et mesure donc la luminosité en plusieurs points. La grille de mesure est ensuite reportée à un ensemble de scènes types définies par le contructeurs et présentes dans le logiciel embarqué de l’appareil photo.

Cette comparaison permet de retrouver des types de scènes qui correspondent et donc de fournir une valeur cohérente quant à l’exposition. Par exemple, pour un paysage en plaine, le ciel est souvent plus clair que le sol, mais l’appareil reconnaîtra la situation et choisira une valeur intermédiaire qui permettra au mieux d’exposer ciel et terre correctement.

Bien sûr il y a quelques cas (contre-jour et neige, particulièrement) où la mesure automatique sera perdue et ne saura pas faire les bons choix. Ceci dit, le répertoire de scènes des appareil photo s’enrichit régulièrement et gagne en précision.

Je trouve ce type de mesure pratique avec les modes automatiques ou semi-automatiques (programme, priorité à l’ouverture ou priorité à la vitesse), et fonctionne plutôt bien dans ces conditions.

La mesure centrale pondérée

Ici, la mesure est effectuée sur l’ensemble de l’image, mais la valeur indiquée est une moyenne pondérée privilégiant les une zone centrale.

Cette surface est relativement étendue, et sur certains modèles d’appareils, peut être réglée. La taille de la zone n’apparaît pas dans le viseur, il faut donc avoir une idée approximative de ce que l’on a (les manuels d’utilisation fournissent parfois des schémas).

Ce mode est pratique pour le portrait, la zone centrale correspondant grosso modo à l’espace occupé par le visage d’une personne cadrée aux épaules.

La mesure ponctuelle « spot »

La surface prise en compte pour la mesure de lumière est ici réduite à un petit point central. Sur mon reflex, cette zone suit le collimateur de mise au point.

Ce mode de mesure permet donc de connaître la lumière réfléchie sur une portion réduite de l’image et permet potentiellement de mesurer soi-même différents éléments de la scène. Avec mon appareil, comme sur de nombreux modèles, il est bien sûr possible de modifier la taille du point de mesure.

Cette façon de faire peut être très trompeuse pour les modes semi-auto ou auto, à moins d’être sûr de bien placer son collimateur.

Personnellement, le mode « spot » est mon mode préféré, car je suis le plus souvent en mode manuel. Je mesure différents éléments de la scène que je souhaite mettre en boîte, et je prends donc toutes les décisions d’exposition moi-même en fonction de ce que me livre la cellule.

Et vous, qu’est ce que vous aimez le mieux?

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Steakhachai dit :

    Bon article!

    Pour moi, la mesure matricielle dans la plupart des cas marche très bien. Dans les cas les plus difficile(par exemple, un contraste d’éclairage important) j’utilise la mesure spot, avec mesure sur ce que je veux photographier.

  2. Raphaël dit :

    Pour ma part j’utilise exclusivement la mesure spot. Associée avec une carte gris neutre lorsque les conditions de lumière ne changent pas, sinon en visant une zone moyenne.

  3. J’aime beaucoup la mesure ponderee pour les portraites, comme tu le dis ici, mais c’est vrai que ca prend un petit de temps pour delimiter la zone exacte. Pour les couchers de soleil, c’est definitivement le spot, ca cree un effet assez sympa 🙂

    Alex

  1. 2010/06/16

    […] This post was mentioned on Twitter by ClubPhotoIDF, steakhachai. steakhachai said: RT @SaladTomatOnion Mesurer l’exposition avec son reflex numérique << saladtomatonion.com http://shar.es/mz0az […]

  2. 2010/06/20

    […] De la mesure: Mesurer l’exposition avec son reflex numérique […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *